Palais de l'Elysée

MDB Seine-Aval à l’Elysée !

Des citoyens invités à l’ouverture de la Conférence Environnementale 2014

Ce jeudi 27 novembre s’ouvrait à l’Elysée la conférence environnementale 2014. L’objectif est de préparer la Conférence internationale Paris Climat 2015 (ou COP21).

Des citoyens ont été invités à cette ouverture. J’ai eu la chance d’en faire parti, en tant qu’ancien participant au défi des familles économes en énergie, piloté par l’ADEME. La session 2014-2015 vient d’ailleurs de démarrer, il n’est pas trop tard pour s’inscrire.

Déroulement de la matinée d’ouverture

Cela a débuté comme une grande messe, avec ses passages obligés, tel le diaporama des photos de Yann Arthus-Bertrand en introduction…
Ségolène Royal, ministre de l’environnement et du développement durable, a fait le discours d’ouverture de cette conférence. Hubert Reeves a ensuite pris la parole. Il a essayé de rester positif et généreux dans son discours, malgré la gravité de la situation climatique.
Hubert Reeves
Hubert Reeves

Puis nous sommes passés à la présentation des trois tables rondes thématiques :

  • Mobilisation nationale vers la COP 21 sur les enjeux du climat et de la biodiversité
  • Transport et mobilité durable
  • Environnement et santé

Ce qui m’a frappé, c’est l’omniprésence de la voiture électrique à tous les étages. On sent que les industriels sont dans la place et ont trouvé l’oreille des gouvernants, entretenant l’illusion que les progrès technologiques vont résoudre tous les problèmes.  Or cela ne sera pas suffisant, des changements d’habitudes dans nos comportements sont aussi nécessaires si l’on veut réussir à limiter la hausse de la température du globe.

Ainsi, dans les intervenants pour présenter la table ronde « Transport et mobilité durable », présidée par Emmanuel Macron (ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique) était présent Fabio Ferrari, président d’une startup qui commercialise une pile à hydrogène permettant d’augmenter l’autonomie des voitures électriques. La vidéo d’introduction ne parlait d’ailleurs que de voitures électriques et de bateaux solaires.

Heureusement le deuxième « Grand Témoin » était l’urbaniste français David Mangin.

David Mangin

David Mangin

Dans les trois minutes qui lui étaient allouées (comme à tout le monde), il a pu parler :

  • de la nécessité de repenser nos villes qui ont été formatées pour s’adapter à l’automobile
  • de l’importance des pôles multimodaux (gares), en suggérant que l’on pourrait faire des autoroutes à vélos pour en faciliter l’accès depuis la périphérie (cela se fait au Danemark et en Hollande)
  • d’Amsterdam, et de ses 80% de cyclistes dans le centre et 35% en périphérie, résultat qui a été rendu possible en proposant une véritable « offre vélo »
François Hollande
François Hollande

Après le discours du président François Hollande (dont vous pourrez trouver des comptes-rendus dans la presse) et la clôture de cette matinée, j’ai pu aborder plusieurs personnes.

Échanges avec les intervenants

J’ai tout d’abord parlé à Ségolène Royal. Je lui ai rappelé l’importance du vélo pour la santé, pour l’économie locale et pour le lien social dans la ville. Je lui ai indiqué que les associations et bénévoles travaillaient dur, mais que l’on avait besoin de son aide pour pousser les travaux du plan d’action pour les modes actifs (PAMA), et que l’on comptait sur elle pour cela. Elle a pris le temps de m’écouter, avant de partir faire des interviews.

J’ai ensuite eu un échange sympathique avec Nicolas Hulot. Je lui ai suggéré de rappeler à ses interlocuteurs qu’il n’y avait pas que la voiture électrique pour résoudre tous les problèmes, que le vélo fait aussi parti de la solution pour les déplacements urbains, mais je prêchais manifestement un convaincu.

J’ai enfin discuté un petit moment avec David Mangin, pour le remercier de son intervention. Au cours de notre échange il m’a dit qu’il était important de toujours rappeler les effets extrêmement bénéfiques du vélo pour la santé, cette approche interpellant aussi bien les élus que les citoyens.

En revanche, je n’ai pas eu l’occasion de parler à Marisol Touraine, ministre de la santé, qui s’est éclipsée très rapidement. C’est dommage, j’aurai bien voulu évoquer avec elle les bénéfices du développement de la pratique du vélo au quotidien pour le budget de la sécurité sociale…

Mon « lobbying » aura été discret par rapport à celui des constructeurs automobiles, mais c’est à l’image de ce qui se passe sur la route, le vélo prend moins de place qu’une voiture.

Je me suis ensuite éclipsé. La conférence s’est poursuivie jusqu’à vendredi soir. La feuille de route pour la transition écologique devrait être communiqué en janvier 2015.

Sortie de l'Elysée
Sortie de l’Élysée, Ségolène Royale en interview

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *