Non, les cyclistes ne sont pas plus infractionnistes que les autres usagers

Une nouvelle étude à charge contre les cyclistes a été publiée ce lundi 24/11/2014 dans le journal « 20 minutes » sur la base de seulement 1041 cyclistes interrogés dans une dizaine de villes françaises, et qui généralise ses conclusions à l’ensemble de la communauté cycliste. « Plus de 60% des cyclistes en ville se mettraient eux-mêmes en danger en ne mettant pas de casque, et 52% en ne portant pas de gilet fluo ».

Le Club des villes et territoires cyclables et la FUB (Fédération française des Usagers de la Bicyclette) rappellent que ces accessoires ne sont pas obligatoires, et qu’ils sont très peu protecteurs face à un automobiliste en excès de vitesse ou à un poids lourd en manœuvre.

L’étude affirme que « 88% des cyclistes ont déjà commis une infraction au code » : ce chiffre est tout à fait comparable à celui constaté chez les autres usagers de la voie publique dans d’autres sondages (excès de vitesse, accélération à l’orange, dépassements à risque pour les vélos, oubli du clignotant, stationnement sur trottoirs ou bandes cyclables…).

Accuser les cyclistes de mettre en danger autrui, pire affirmer qu’on se sent davantage en sécurité en deux-roues motorisé alors qu’il y a six fois plus de tués avec ce mode de déplacement, est une mise en cause intolérable.
Et c’est oublier toutes les actions menées par les associations de cyclistes pour sensibiliser les usagers au partage de la voirie, ou pour un éclairage efficace des vélos. De même que les actions pour faire évoluer le code de la route en fonction des réalités de la rue (doubles sens cyclables, tourne-à-droite vélo au feu…) dans le sens d’un apaisement général. C’est oublier aussi les réalisations faites par les collectivités locales pour créer des aménagements cyclables plus sûrs, et pour accompagner les actions d’apprentissage vélo et de remise en selle.

On relève également plusieurs incohérences dans l’énoncé des questions posées, comme dans les chiffres avancés, témoignant d’un évident manque de rigueur, et aboutissant à des conclusions que le Club des villes et territoires cyclables et la FUB rejettent fermement.
Cette étude fait la part belle au tout-voiture, alors que la vitesse des motorisés est l’une des premières causes d’insécurité en ville pour les cyclistes et les piétons.
Réduire la vitesse, comme le font de plus en plus de villes en passant de 50km/h à 30km/h, agit directement sur les causes de l’accident, contrairement au casque qui ne peut qu’en limiter les conséquences, tout en donnant une impression très trompeuse de sécurité.

Télécharger le communiqué de presse complet FUB / CVTC et retrouver les contacts médias.

—> La FUB – Fédération française des Usagers de la Bicyclette agit pour promouvoir l’usage du vélo et anime un réseau de 185 associations locales, édite la revue Vélocité et propose le marquage BICYCODE® pour lutter contre le vol des vélos. www.fubicy.org.
—> Le Club des villes et territoires cyclables, réseau de collectivités territoriales engagées pour le développement de l’usage du vélo au quotidien et de la mobilité durable, rassemble plus de 1600 collectivités territoriales : communes, agglomérations, départements, régions. www.villes-cyclables.org.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *